h-impact demarche

Démarche Artistique

 


Claude Braun

2008 Art brut et sensibilisation à l’empreinte écologique

2005 Élaboration du concept du Land et Inside Vidéo Art conciliant peinture, sculpture et vidéo

2004 Début d’une expression spontanée brute libérant le geste

1996 Glissement progressif vers une peinture non figurative à forte texture et matière dans un rapport quasiment physique à la couleur

1979 Peinture figurative privilégiant l’aspect linéaire du dessin et l’épuration des formes, des silhouettes et contours humains dans un rapport éthéré et aérien à la matière.

 

H-impact

Sensible à la fois à l’aspect écologique, à l’art brut et aux peuples premiers, ma démarche se pose la question de l’empreinte écologique.

QUE LAISSERA NOTRE MONDE AUX GENERATIONS FUTURES ?

L’humanité dans son fonctionnement, sa recherche de sens, son évolution nourrit ma créativité.

Dans une approche minimaliste, j’utilise des matériaux bruts et/ou naturels de mon proche environnement en interaction avec différents médiums tels que peinture, sculpture, installation, vidéo, etc.

H-IMPACT est le questionnement de l’impact, de l’empreinte écologique que laisse l’homme, l’humanité aux générations futures, nos enfants, petits-enfants et ceux qui ne sont pas encore nés.

L’exposition met en relation un passé culturel pas si lointain d’une société du non-jetable et le présent d’une culture consumériste, d’un jetable programmé.
Conscient que le respect de l’humain et de son environnement est déjà dans les moyens utilisés pour atteindre l’objectif visé, c’est-à-dire préserver la vie, le vivant et notre continuité, je me suis posé des contraintes techniques, en utilisant des matériaux naturels que je trouve autour de mon atelier et le reste des matériaux artificiels que j’utilise dans mon atelier et que je recycle, provoquant des combinaisons antagonistes improbables.
En utilisant ces matériaux naturels, terre, sable, pierre, bois, ficelle végétale, toile de jute… j’ai été le premier à être surpris de me trouver dans un rendu qui s’apparente à la création des peuples dits premiers, le rituel en moins, ma démarche étant simplement plastique dans un esthétisme non conforme.
L’exposition ne veut rien démontrer, simplement évoquer un sentiment et donner une émotion en lien avec nos origines, la Terre et la survie du vivant, et plus particulièrement notre espèce.
En général je ne donne pas de titre aux œuvres pour laisser le public libre du jeu de miroir que reflète l’oeuvre sur le spectateur. Toutefois, si je donne un titre, c’est pour aborder très précisément un questionnement qui me tient à cœur.

Les commentaires sont fermés.